Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Ukraine : Les victimes tirées par des snipers engagés par l'opposition

Publié par Diatala sur 7 Mars 2014, 10:35am

Catégories : #Ukraine

ukraine-sniper.jpg

Combien de temps encore une certaine opinion va--telle continuer à croire aux mensonges des médias ? L’Europe annonce une aide « de 11 milliards d’euros » à l’Ukraine. Qui va payer ? Les contribuables européens. L'Ukraine a 35 milliards de dollars de dettes. Les banques grecques ont besoin elles de 6,4 milliards d’euros ici. De qui se moque-t-on ? 

Voir plus loin que le bout de notre nez ? Les médias n’y tiennent pas, on se poserait trop de questions, y compris sur les médiamensonges. Mais si on veut comprendre un conflit comme l’Ukraine, nous devons absolument le mettre en perspective, le voir sur la longue durée. Les médias nous disent que l’Europe et les États-Unis réagissent à des manifestations, mais en réalité, l’Ukraine est une cible depuis vingt ans. Michel Collon éclaire les stratégies dont on ne parle pas…
 

20 minutes

Et si l'opposition avait fait appel aux snipers ?

Une rumeur accuse l'opposition d'être derrière les snipers qui avaient pris pour cible des manifestants à Kiev fin février. Le sujet a été évoqué en haut-lieu.

Le chef de la diplomatie estonienne a confirmé mercredi le contenu d'une conversation téléphonique piratée qu'il a eue avec la représentante de la diplomatie européenne sur des allégations selon lesquelles les snipers auraient tiré sur les manifestants comme sur la police lors des événements dramatiques des 20 et 21 février à Kiev
«Le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Paet regrette vivement que cette conversation avec la représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, ait fuité, mais nous en confirmons l'authenticité», a déclaré sa porte-parole Minna-Liina Lind à l'AFP.
Cet entretien téléphonique a eu lieu le 26 février, a-t-elle précisé. M. Paet s'était rendu à Kiev, la veille, le 25 février, pour rencontrer le nouveau gouvernement provisoire après les violences attribuées au président déchu Viktor Ianoukovitch ayant fait des dizaines de victimes lors des manifestations sur la place Maïdan.
Le ministre estonien a déclaré à Mme Ashton que selon ses sources à Kiev, «c'étaient les mêmes tireurs embusqués qui ont tué des gens des deux côtés», aussi bien parmi les manifestants que les policiers.
«Là-bas, ils pensent de plus en plus que ce n'était pas Ianoukovitch qui était derrière les snipers mais quelqu'un de la nouvelle coalition», a-t-il dit. «C'est assez troublant que la nouvelle coalition ne veuille désormais plus enquêter sur ce qui s'est vraiment passé», a-t-il ajouté.
«Je pense que nous devons enquêter. Moi, je ne sais pas. Je n'ai pas entendu cela», lui a répondu Mme Ashton. Selon sa porte-parole, M. Paet a exprimé «sa préoccupation concernant la situation sur le terrain», lors de cette conversation. «Nous rejetons l'affirmation selon laquelle M. Paet évaluait la participation de l'opposition à la violence», a-t-elle ajouté.
La conversation entre Catherine Ashton et Urmas Paet
(afp)

Maïdan : conversation téléphonique sur les snipers - l’Estonie confirme : Selon Urmas Paet, les personnes qui ont trouvé la mort à Kiev des deux côtés ont été tuées par les mêmes snipers qui auraient été engagés par les leaders de Maïdan.

Au cours de cette conversation (dès 08:20), Paet déclare:
"On sait aujourd'hui de façon de plus en plus certaine que, derrière les tireurs d'élite, il n'y avait pas Ianoukovitch, mais quelqu'un de la nouvelle coalition."
"Je pense que nous voulons enquêter là-dessus. Je veux dire, je ne savais pas, c'est intéressant. Mon Dieu",
a répondu Ashton.
"Ce qui est assez troublant, cette même Olga [Bogomolets, principal contact de Paet lors de son voyage en Ukraine] dit aussi que tous les éléments de preuve montrent que les gens qui ont été tués, des deux côtés, par des tireurs embusqués, qu'ils soient policiers ou manifestants, ont été tuées par les les mêmes tireurs d'élite", suite

DOSSIER :  Ukraine
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents