Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La France et L'Europe sont à portée de frappes nucléaires israéliennes

Publié par Diatala sur 2 Novembre 2011, 13:40pm

Catégories : #Actualités : Antisionisme - Sionisme- Israël-

2717883048_cf961befcc.jpgsource : http://www.planetenonviolence.org

Alors que les bobos verts antinucléaires en France se concentrent sur le nucléaire civil et cherchent des poux dans la tête de leurs complices du PS pour récupérer un maximum de sièges aux législatives 2012 une véritable course mondiale aux armes nucléaires est engagée selon un rapport de l’analyste britannique Ian Kearns révélé par le quotidien britannique The Guardian . Israël pointe ses missiles nucléaires intercontinentaux Jericho 3 sur Paris et d’autres capitales européennes baladent ses sous marins « Made In Germany »- 3+ 2 +( 1 ?) - à têtes nucléaires à proximité de notre Côte d’Azur et a lancé une campagne d’intimidation via ses «avant postes militaires » (ambassades) : sanctions unilatérales renforcées (pétrole banque transports…) sinon Bomb Bomb Bomb Iran. De toute évidence ce n’est pas l’Iran qui nous menace mais bien Israël et son chantage continuel à l’Apocalypse Nucléaire Now.

Israël Une Menace Nucléaire Pour La France Avec L’Aide De L’Allemagne Selon un rapport «Beyond the United Kingdom: Trends in the Other Nuclear Armed States» de l’analyste et spécialiste britannique Ian Kearns récemment remis à la Commission Trident - une commission britannique chargée d’évaluer le nucléaire militaire anglais et sa modernisation - et que le quotidien britannique The Guardian* a pu consulter les puissances nucléaires mondiales projettent de dépenser 800 mille milliards de $ pour moderniser leurs arsenaux nucléaires militaires. Les US a eux seuls -alors qu’ils sont endettés jusqu’au cou - comptent dépenser 700 mille milliards de $. Autres pays à relancer la course aux armements nucléaires : Israël, la France, la Russie, la Chine, le Pakistan, l’Inde, et bien sûr la Grande Bretagne. Israël, Le Pakistan, L’Inde, ne sont pas signataires du TNP.

Selon ce rapport Israël est entrain d’améliorer ses capacités de frappes nucléaires. Le régime sioniste travaille actuellement à l’amélioration de la portée de ses missiles nucléaires Jericho 3 et de ses missiles nucléaires de croisière embarqués à bord de ses sous-marins (Israël grâce à l’aide de l’Allemagne posséde 3 sous marins Dolphin dons de l’Allemagne post nazie équipés d’armes nucléaires deux autres sont actuellement en construction achetés à un prix très avantageux et la construction d’un sixième est en discussion.

Pour les missiles nucléaires Jericho 3 Israël prévoit de les doter d’une portée transcontinentale, c'est-à-dire avec une capacité de toucher une cible située à 8000KM de distance. Pour avoir une idée la distance Tel Aviv Paris est de 3300KM. On est en droit de se poser la question de savoir pourquoi le régime sioniste a besoin de développer des missiles à tête nucléaire de longue portée ce d’autant plus que son programme nucléaire n’est soumis à aucun contrôle. Autrement dit toute la France sera sous la menace de frappes nucléaires israéliennes mais cela vaut aussi pour Bruxelles la capitale de l’UE qui abrite aussi le QG de l’OTAN.

Israël cherche aussi à développer les capacités de ces missiles de croisière à tête nucléaire embarqués dans ses sous marins et qui constituent sa deuxième force de frappe généreusement fournie par l’Allemagne. Ses 3 sous marins d’active équipés d’ogives nucléaires hantent les fonds marins l’un d’entre eux serait au large du Golfe Persique ou en Mer Rouge l’autre probablement en Méditerranée et le troisième en rade à Haifa.

Campagne israélienne d’intimidation à partir de ses avants postes militaires/ambassades

Depuis mi Septembre les agents sionistes officiels dans les pays occidentaux ont reçu pour mission de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils adoptent immédiatement des sanctions renforcées unilatérales vis-à-vis de l’Iran parce que Téhéran continue de développer son programme nucléaire.

Selon la campagne de propagande israélienne développée déjà depuis plusieurs années Téhéran chercherait à construire une bombe atomique ou tout du moins à acquérir le savoir faire pour. Le « Printemps arabe » la guerre en Libye et les attaques armées pour déstabiliser la Syrie ont relégué au second plan le programme nucléaire de l’Iran.

Selon des télégrammes envoyés aux ambassades et divulgué par les médias israéliens il devient urgent de relancer la campagne contre Téhéran. Le ministère des affaires étrangères israélien sous tutelle du fasciste Lieberman a donc envoyé ses ordres. Ainsi on peut lire :

« lI faut mettre l’accent sur le progrès significatif qui a eu lieu sur tous les points du programme nucléaire iranien spécialement concernant l’enrichissement de l’uranium. »

Il faut insister pour dire que «le programme iranien est militaire et que compte tenu des rapports de l’AIEA il existe une peur croissante que les Iraniens sont entrain de développer une tête nucléaire pour des missiles balistiques ».

Jusqu’à présent le programme nucléaire iranien - le plus surveillé au monde notamment avec des visites imprévues sur des sites et le contrôle par l’AIEA de l’enrichissement à 20% de l’uranium à des fins civiles - a fait l’objet de rapports de l’AIEA qui concluaient tous après visites sur place que rien ne montre que ce programme nucléaire est détourné à des fins militaires.

Les ambassadeurs israéliens ont été chargés de dire aux ministères des affaires étrangères des pays occidentaux et des US et aux bureaux des premiers ministres qu’il restait peu de temps pour stopper le programme nucléaire iranien par la voie diplomatique.

Autrement dit Israël fait du chantage à une attaque contre les installations nucléaires iraniennes comme moyen de pression sur les pays occidentaux.

Cette campagne a été initiée en parallèle à des pressions faites par les US sur l’AIEA pour que son prochain rapport qui doit être rendu public le 8 Novembre accuse Téhéran de tenter de construire une bombe atomique en se basant sur des documents fournis par les agences d’espionnage américaines. Ces «preuves » que l’Iran accuse Washington d’avoir fabriqué de toutes pièces avec l’aide d’autres services d’espionnage notamment du Mossad israélien si elles étaient utilisées par l’AIEA discréditeraient encore plus l’Agence accusée d’être manipulée par les US.

Les US et Israël espèrent que l’AIEA cédera aux pressions en publiant un rapport alarmiste et accusateur et ont déjà prévu -preuve que l’objectif est bien de manipuler l’Agence ce qui inclus la fourniture de ces « preuves » - une campagne mondiale pour isoler l’Iran. Les ambassadeurs israéliens ont récemment discuté de nouvelles sanctions contre l’Iran avec les responsables gouvernementaux américains, français britanniques et allemands. Ces sanctions incluent l’interdiction de tout contact avec la banque centrale d’Iran l’interdiction d’acheter du pétrole brut iranien de même que des sanctions contre les compagnies aériennes et maritimes iraniennes .

Selon un responsable du ministère des affaires étrangères israélien :

«C’est maintenant le moment d’intensifier les mesures contre l’Iran. Les pressions ont une influence sur l’Iran et les circonstances actuelles nécessitent que nous augmentions la pression. Les Iraniens mettent au point une infrastructure qui leur permettra d’avoir le savoir faire indispensable pour construire des têtes nucléaires d’ici peu. Si l’Iran atteint ce point de non retour les conséquences seront graves - spécialement dans un contexte d’affaiblissement de la stabilité régionale suite au Printemps arabe ».

Les ambassadeurs israéliens ont également reçu l’ordre de mettre l’accent sur l’affaire récente de la prétendue tentative d’assassinat de l’ambassadeur saoudien aux US par l'Iran une affaire montée de toute pièce par le FBI et devenue la risée partout dans le monde.

De plus aveuglés par leur égocentrisme ethno politique les Juifs sionistes ne tiennent pas compte de la détérioration rapide de la situation économique aux US et en Europe qu’une crise d’approvisionnement en pétrole pourrait accentuer avec notamment la Grèce sortant de la zone Euro suivi rapidement par l’Espagne le Portugal l’Italie.

Les Américains et les Européens ont d’autres chats à fouetter que l’Iran pour le moment la colère gronde dans les rues de New York à Athènes. Des révoltes sociales sans précédents pourraient éclater tant le ras le bol est intense et les manigances du gouvernement israélien pourraient se retourner contre lui alors même qu’Israël est déjà bien isolé à cause de son arrogance et de son intransigeance sur la scène internationale. Cela risque aussi de se retourner contre les Américains sionistes (Juifs et Chrétiens) accusés de brader voire trahir les intérêts de leur pays pour satisfaire les intérêts d’un pays étranger.

Les sanctions exigées par les Israéliens pourraient avoir un effet négatif boomerang sur les économies des US et des pays européens. Tel Aviv prône des sanctions unilatérales sachant qu’au CSONU la Russie et la Chine imposeront leur veto sur toute nouvelle résolution contre l’Iran. De plus ces pays sont également intervenus discrètement à Vienne auprès de l’AIEA pour faire comprendre que ce n’est pas dans l’intérêt de l’Agence de montrer ouvertement sa subordination aux américano sionistes. Les intérêts économiques de la Russie et de la Chine sont directement visés par ses sanctions, Russes et Chinois sont en position de force face aux US et l’UE considérablement affaiblis économiquement. Des changements auront également lieu à la tête de la Russie et de la Chine de même que des élections présidentielles sont prévues en France et aux US en 2012.

Reste à savoir si Israël conscient de la fluctuation de tous ces paramètres politico économiques désespérant de voir pris en compte ses exigences de sanctions vis-à-vis de l’Iran ne franchira pas la ligne rouge en bombardant les installations nucléaires iraniennes, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, s’étant fixé comme objectif principal pour son mandat d’attaquer l’Iran.


*Article du Guardian

Complément d'information 02/11/2011 12h53

Le chantage au bombardement des installations nucléaires de l'Iran bat son plein en Israël et les médias propagandistes israéliens relaient cette campagne d'intimidation/chantage. Ainsi selon une dépêche AFP du 02/11/2011 intitulée :

"Israël: débat sur des frappes contre l'Iran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Ehud Barak tentent de lever l'opposition d'une majorité de ministres contre une attaque visant les installations nucléaires iraniennes, a indiqué aujourd'hui le quotidien Haaretz.

Lundi, M. Barak avait démenti des informations des médias israéliens selon lesquelles il aurait d'ores et déjà pris la décision avec M. Netanyahu d'attaquer l'Iran, malgré l'opposition des chefs de l'armée et du renseignement.

Selon le journal israélien, la majorité des membres du "forum" des huit ministres les plus importants, est elle aussi opposée à une telle opération. Seuls MM. Netanyahu, Barak et le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman soutiennent "l'option militaire" contre l'Iran.

En revanche, le ministre de l'Intérieur et chef du parti ultra-orthodoxe Shass, Elie Yishaï, Dan Méridor (ministre chargé des services de renseignements), Benny Begin (ministre sans portefeuille), Moshé Yaalon (ministre chargé des Affaires stratégiques) et Youval Steinitz (Finances) y sont contre.

Selon ces opposants, Israël doit continuer à tenter de mobiliser les pays occidentaux pour exercer des pressions économiques sur l'Iran dans la mesure où Israël ne peut pas se permettre d'agir militairement seul sans coordination avec les Etats-Unis.

Le Haaretz, citant des ministres et des hauts responsables de la Défense et des Affaires étrangères, affirme que le rapport que doit rendre public l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) le 8 novembre sur le programme nucléaire iranien aura "une influence décisive" sur le gouvernement israélien.

Israël, ennemi juré de la République islamique d'Iran, et les pays occidentaux accusent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément. L'Etat hébreu est considéré comme une puissance atomique dans la région mais il n'a jamais confirmé ou nié avoir des têtes nucléaires."


Toute cette campagne d'intimidation/chantage au Bomb Bomb Bomb Iran est orchestrée par Tel Aviv avec la coopération pleine et entière de Washington qui reste en retrait et fait mine de mettre Israël en garde contre toute attaque unilatérale pour mieux ensuite voler au secours du régime sioniste si ce dernier décidait en définitive une attaque nucléaire contre l'Iran car il s'agit bien d'une attaque nucléaire : des bombes bunker buster "Made in USA" fournies par l'administration Obama - alors que Bush avait refusé - pour frapper des installations nucléaires avec les retombées radioactives prévisibles non seulement en Iran mais aussi partout dans le monde.

La radioactivité ne connaît pas de frontières tout comme le régime sioniste pour perpétrer ses crimes.
source : http://www.opex360.com/

Alors que l’opportunité d’une opération contre le programme nucléaire iranien fait actuellement débat au sein du gouvernement israélien – ce que le quotidien Haaretz a confirmé ce 2 novembre – Israël a procédé à un essai portant sur « un système de propulsion de fusée », depuis la base aérienne de Pamahim, au sud de Tel-Aviv.

« Ce test, prévu depuis longtemps, a été mené à bien » a laconiquement fait savoir le ministère israélien de la Défense.

Mais selon des experts militaires interrogés par la radio publique israélienne, il semblerait que cet essai ait concerné le missile sol-sol Jericho III, actuellement en cours de développement et qui a fait l’objet d’un premier tir en janvier 2008, en Mediterranée.

Si tel est le cas, Israël poursuivrait ainsi la mise au point de cet engin, dont la portée serait comprise entre 4.500 et 7.000 kilomètres, ce qui lui permettrait (largement) de frapper l’Iran.

Le Jericho III serait un missile de 2 à 3 étages, utilisant du propergol solide et pouvant emporter une tête nucléaire, chimique ou bactériologique.

Il est estimé qu’Israël disposerait d’au moins 200 têtes nucléaires. Mais à ce sujet, les responsables israéliens cultivent une « ambiguïté délibérée », laquelle fait partie de la doctrine de dissuasion du pays.

Et ceux qui ont tenté d’en dire plus à ce sujet l’ont en général payé cher, comme Mordechaï Vanunu, qui a fait 18 ans de prison pour « atteinte à la sécurité de l’Etat » pour avoir affirmé à un journal britannique que le complexe nucléaire de Dimona produisait de la matière fissile à usage militaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents