Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


L’avortement bientôt obligatoire ?

Publié par Diatala sur 16 Novembre 2013, 10:02am

Catégories : #Avortement Stop à la désinformation

4085799591_47a54b46c4.jpgJe souhaite ajouter : L’avortement est une affaire en or pour les apprentis-sorciers qui y trouvent une mine de diverses cellules qui à ce jour sont à l’origine de l’ouverte d’un trafic mafieux à l’échelle mondiale, de trafic d’êtres humains, de viols et d’avortements forcés. L’encourager c’est encourager ces crimes. Les cellules embryonnaires et de fœtus entrent dans de nombreuses compositions comme les vaccins, les sodas, la pharmacopée et la cosmétique, et celles du cordon ombilical génèrent un trafic parallèle intense pour rajeunir et réparer les organes.
 
Pierre Van Ommeslaeghe
Professeur de philosophie.
Le docteur Lazimi est membre du Haut Conseil à l’égalité. Un de ces comités Théodule qui coûtent cher à la France, au mieux pour rien, au pire pour pondre des rapports mortifères. Ce Haut Conseil vient d’en remettre un à Mme Vallaud-Belkacem sur l’IVG (interruption volontaire de grossesse).
Dans un entretien au Quotidien du Médecin du 12 novembre, ce médecin estime que « l’IVG n’est pas un problème, c’est une solution », qu’« il n’y a aucune raison que ce geste bénéficie d’une clause de conscience spécifique. C’est un geste médical comme un autre. » Que ne pas pouvoir avorter est une « perte de chance » (on en déduit qu’avorter est une chance). Que dire cela « n’est pas une banalisation, c’est une réalité de la vie ».
La lecture de tels propos de la part d’un quidam quelconque me fait toujours froid dans le dos. Constater les progrès constants de la culture de mort est effrayant. Que ce soit un médecin qui les profère est encore plus terrible. Rappelons que la médecine est censée préserver, sauver, transmettre la vie. Pas tuer. Prétendre que demander à un médecin de supprimer une vie ne pose pas de problème de conscience, c’est montrer qu’on n’a pas de conscience. Qu’un médecin, nommé par le gouvernement dans un organisme officiel, nie de telles évidence montre le degré de décadence de nos pseudo-élites.
Depuis plus de 30 ans, le nombre d’avortements est de 200.000 par an, soit un quart des naissances. Cela n’est pas assez pour M. Lazimi. Il souligne d’ailleurs le fort taux de natalité de la France. Le regrette-t-il ? Désire-t-il la disparition du peuple français ? Comment augmenter encore ce nombre alors que l’avortement est remboursé, que le délai légal a été porté à 12 semaines, que le Planning familial, promoteur inlassable de l’avortement, est largement subventionné ? En agissant, selon le « docteur » Lazimi, pendant la formation des étudiants en médecine. Histoire de leur extirper de l’esprit qu’ils ont une vocation au service de la vie. De façon que l’avortement, déjà passé du statut de crime à celui de droit inaliénable de la femme, devienne un devoir pour le médecin.
La Faculté de médecine de Paris porte le nom de Descartes. Il faudra peut-être bientôt la renommer « docteur Petiot ».
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents