Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Faut-il du talent pour se faire qualifier d'artiste et pour être subventionné et médiatisé ? Surtout aucun.

Publié par Diatala sur 14 Juin 2014, 11:00am

Catégories : #Célèbres imposteurs et Impostures

Deborah-de-Robertis.jpg

Faut-il du talent pour se faire qualifier d'artiste et pour être subventionné et médiatisé ? Surtout aucun

 

Note : après l'artiste la femme qui pond avec son vagin des œufs ensanglantés sur une toile, ou les artistes les dingues qui vendent leurs excréments ou leurs vomis en œuvre d'art, et à prix d'or, "Pisse Christ Golgota Picnic" etc, pour faire parler de soi, surtout sans aucun talent artistique, il est donc devenu indispensable de choquer. Toutefois ce n'est pas suffisant. Il est nécessaire aussi que les médias, sans aucun talent eux aussi, et que le ministère de l'Inculture soutiennent et financent le manque total de génie de ces personnes, de même que certains milliardaires mécènes.

Cependant il aisé de comprendre qu'avec de telles carences artistiques, mais surtout de dignité, la nécessité absolue soit de heurter profondément les esprits. Cela se nomme la liberté artistique, et celle-ci est protégée et promue. De l'autre côté la liberté de pensée sera censurée avec violence et hystérie et un simple mot sevira à lyncher et à tuer professionnellement ceux qui sont hors du harem de la pensée unique dominante et mortifère ou ceux qui osent en sortir. 

Le prochain ou la prochaine vendra-t-il alors ses pets dans un bocal, écrasera-t-il sur une toile la tête de feu son hamster pour exprimer toute la violence de son talent inexistant ?  Du GÉNIE ! s'exclamera pourtant ce petit monde de déjantés. 

Voici à suivre une preuve flagrante qui démontre une nouvelle fois que le grand n'importe quoi, que le manque de dignité, que le sous-médiocre et que ridicule triomphent et qu'ils ont de l'avenir. Mais aussi, et surtout, que le don artistique et le génie n'existent plus. 


source : BV

Tout le monde ou presque, aujourd’hui, connaît L’Origine du monde de Gustave Courbet. Aube prometteuse sur une toison noire, ce tableau sulfureux commandé au peintre par le diplomate turc Khalil-Bey afin de rejoindre sa collection de chefs-d’œuvre érotiques a fait l’objet de tous les fantasmes.

 

D’abord cachée aux regards sous un paysage de campagne enneigée, L’Origine du monde fut placée dans un cadre à double fond par son dernier propriétaire, l’illustre Jacques Lacan. En bon freudien, le psychanalyste qui déverrouillait à grands frais l’inconscient du Tout-Paris matait en douce, entre deux séances, l’entrejambe de Joanna Hiffernan. Entrejambe qui a finalement servi à payer les frais de la succession Bataille-Lacan, confirmant une fois de plus que l’État français est le premier des proxénètes. Et c’est ainsi que L’Origine du monde est arrivée au musée d’Orsay.

 

Le jeudi 29 mai, jour de l’Ascension de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le calendrier grégorien, Mlle Deborah de Robertis, artiste luxembourgeoise, est entrée dans la salle 20 vêtue d’une robe dorée, s’avançant au son de l’Ave Maria de Schubert. Puis, s’asseyant au pied du tableau de Courbet, elle a remonté les genoux et écarté complaisamment les cuisses afin que les visiteurs du musée puissent contempler à loisir ce que d’autres cachent sous leur culotte. Une gardienne est arrivée pour lui demander de se rhabiller, puis une autre qui a tenté de cacher la fin du monde, et enfin la police qui a emmené la demoiselle au poste pour « exhibitionnisme dans l’espace public ». Erreur : c’était de l’art.

Mlle de Robertis est « performeuse ». On l’a même hébergée à ce titre pendant un an à la Cité des arts de Paris, résidence fort convoitée en plein Marais et à Montmartre, où l’on offre à quelques très rares élus tout ce qu’il faut pour se faire un nom. On y trouve des musiciens, des sculpteurs, des virtuoses en herbe qui travaillent leur instrument huit heures par jour ; Deborah Machin, elle, n’a même pas besoin d’un atelier : elle promène tout son petit matériel avec elle. Mais attention, hein, rien à voir avec le malade qui ouvre son imperméable à la sortie de l’école. Elle l’a dit au micro de France Info : Il s’agit « d’une œuvre d’art réfléchie depuis au moins huit ans […] Cela n’a rien à voir avec de l’exhibitionnisme, ce n’est pas un acte impulsif. C’est mon regard d’artiste qui compte. »

 

Le Figaro, toujours effrayé à l’idée de rater le train de la création, a voulu en savoir davantage. Il publiait ce samedi un entretien de Mlle de Robertis, « extrémiste de la performance vérité ».

Première surprise, la jeune femme, « craintive comme une biche effarouchée » (sic), est une belle brune nourrie au lait de la grande bourgeoisie, peut-être élevée chez les sœurs, qui sait… Quant à l’inspiration, elle lui vient moins de Marina Abramović, grande papesse de la performance, que de Michael Jackson, car « en touchant son sexe sur scène, il a fait de ce geste sa signature. Moi aussi, c’est ma signature », qu’elle dit. Dans les livres de psychiatrie, on appelle cela masturbation compulsive, mais bon, hein…

Enfin, et c’est là l’essentiel, Deborah a touché son public : « J’ai déstabilisé les tensions dans cette salle de musée, déclenchant de belles choses aussi. » Quoi ? Il y en a d’autres qui ont signé ? Une pétition, peut-être ?

Au journaliste qui lui demande trivialement si elle n’a pas cherché à se faire de la pub, elle répond catégorique : « Faire le buzz n’était pas le but. C’est l’art, le but. » D’ailleurs, on peut imaginer que cela lui a coûté car, elle l’avoue : « Si, je suis très pudique, tout au fond de moi. » Très très au fond, alors.

Enfin, concernant le choix de la date – l’Ascension – et de la musique d’ambiance – l’Ave Maria de Schubert –, c’est cette fois un pur hasard : « C’était le jour parfait, un beau jour, qui n’a rien à voir avec mes propres croyances. Ce geste résulte d’une pensée, je l’ai décidé, c’est tout. J’écoute souvent l’Ave Maria, je ne suis pas croyante, c’est juste beau. La figure de la Vierge est aussi dans mon travail. Si je suis toutes les femmes, je suis la Vierge aussi. »

Et moi je suis la reine d’Angleterre…

Autrefois, on enfermait les dingues à l’asile, aujourd’hui on les installe « en résidence » au cœur de Paris. Mais toujours à nos frais.

 

 

Art : Une dinde pond des œufs ensanglantés avec son vagin.

 

L'Art et la Culture : De la Merde

 

 

Célèbres imposteurs et impostures

5467162903_7a28de8b32.jpg


Le Caca du grand artiste Wim Delvoye Tout ce qui est laid et ordinaire est devenu extraordinaire dans une société où le néant s'impose et dans laquelle le microcosme des fats, des imbéciles et des jet-setteurs se sent obligé de s'extasier de peur de ne pas paraître très chébran et […]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents