Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Eugénisme : Stérilisation des enfants, commencera-t-elle en Australie ?

Publié par Diatala sur 12 Mars 2012, 16:15pm

Catégories : #Alerte : Eugénisme- GPA-PMA-Mutilation- Euthanasie

JPEG - 72.6 ko

Le sujet est grave, mais le sujet est bien réel. L’eugénisme, ce mot qui fait peur, qui ramène au bas fond de la seconde guerre mondiale. Il est aujourd’hui important de le mettre sur le devant de la scène pour informer le monde ce qui pourrait se tramer en coulisse, pour les yeux les plus avertis.

Contexte de l’eugénisme contemporain :

John Holdren a pris position dans le gouvernement américain depuis début 2009, en tant que conseiller scientifique et directeur du ministère de la Science et de la Technologie. Cet homme fut corédacteur du livre « Ecoscience : Population, Resources, Environment » publié en 1977 (livre complet disponible ici pour les plus téméraires, 1650 pages en anglais). Il y décrit notamment sa vision de l’évolution de la population mondiale et sa régulation. En voici certains extraits traduit dans la langue de Molière :

« Les femmes peuvent être forcées d'interrompre leur grossesse, qu’elles le veuillent ou non. » « La population dans son ensemble pourrait être stérilisés par des médicaments mis intentionnellement par l'eau potable ou dans les denrées alimentaires. » « Les mères célibataires et les mères adolescentes devraient avoir leurs bébés saisies contre leur volonté et donner à d'autres couples pour les élever. » « Les personnes qui « contribuent à la détérioration sociale » devront être, par la loi, forcer à exercer leurs responsabilités reproductrices » (en d‘autres termes : être contraint de se faire avorter ou stériliser)

Un "régime planétaire" transnational doit prendre le contrôle de l'économie mondiale et également des détails intimes de la vie des américains - en utilisant une force internationale de police armée.

De quoi avoir des sueurs froides la nuit, même pendant les rêves les plus doux. Sauf que ceci, n’est pas un roman de fiction. John Holdren est bien au gouvernement américain, il a bien co-rédigé ce livre… Les Etats-Unis nous surprendrons toujours, tant par leurs savants fous que par l’existence de monuments étranges. Mais voilà désormais que l’eugénisme traverse le pacifique pour se retrouver en Australie.

L’étrange tentative de législation australienne, les prémices d’un eugénisme au « psy-power » ? :

Le gouvernement de la commission de l'Australie occidentale pour la santé mentale (WAMHC) a évoqué une proposition de législation sur la santé mentale qui contourne la participation des parents dans le processus de traitement dans le domaine de la santé mentale. Ce procédé aurait lieu sur des enfants de moins de 18 ans, et des individus de tout âge, avec une prise de décision. Les patients devront choisir s’il faut ou non être stérilisé, et s’il faut oui ou non avoir leur tissu cérébral détruit par un procédé de psychochirurgie.

Si un « professionnel de la santé mentale » peut convaincre les enfants qu’ils ont besoin de tels traitements pour leur propre bien, les plus jeunes membres de la société australienne seront les sujets d’un jeu macabre avec comme ordre du jour l’eugénisme.

Tout ceci peu se retrouver sur cet article en anglais.

Bien évidemment les eugénistes souhaitent que ce processus s’accomplisse sans le dire aux parents…

Dans les esprits tordus de ceux qui ont pris des positions de pouvoir dans le monde entier, séparer les enfants de leurs parents et effectuer des expériences médicales sur eux dans le secret est une forme tout à fait acceptable de la « médecine ».

Les pages 135 et 136 du projet de loi (pages 157 et 158 du rapport PDF) couvre la question de la stérilisation, expliquant que si un psychiatre décide qu'un enfant de moins de 18 ans "a une maturité suffisante, le patient sera en mesure de donner son consentement à la stérilisation sans consentement parental. Les parents ne se verront jamais notifié que la procédure de stérilisation a eu lieu, car seul le "psychiatre en chef" sera au courant de cette information.

Stériliser les individus orientés à se penser déficient et donc, non reproductible ? De quoi arriver à la porte de l’ « opération T4  » composante d’« Aktion T4  » du régime nazi… Sauf qu’à l’heure actuelle, la psychiatrie a pris une beaucoup plus grosse proportion qu’elle ne l’avait en 1940, la psychiatrie est devenue industrielle. La psychiatrie utilise un ouvrage de référence : le DSM IV qui compile toutes les maladies mentales où les symptômes sont parfois tellement larges qu’un simple mouton pourrait se retrouver atteint de « trouble bipolaire », nouvelle appellation de "troubles maniaco-dépressifs" (En psychiatrie, rafraichir les mots, ça fait partie du business…)

Le dialecte « médicale » dans le projet de loi sur la santé mentale 2011 en Australie est vraiment horrible, mais pas nécessairement surprenant. Des efforts similaires visant à saper l'autorité parentale au profit de « médecin », laissant parfois à désirer quand à la sanité de leur esprit, se déroulent aussi aux Etats-Unis et un peu partout dans le monde…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents