Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Devedjian:La bombe

Publié par Diatala sur 30 Juin 2007, 17:13pm

Catégories : #Société-Abus Politique -Scandales-

 

 

Je ne voulais pas faire d’article mais en voyant encore aujourd’hui ce déferlement médiatique et ce tollé qui condamnent les propos du secrétaire général délégué de l’UMP ; Je me lance.

Pire qu’un terroriste qui aurait jeté une bombe en plein visage d’une femme, Patrick Devedjian reçoit la sentence du monde politique, publique, associatif, et ferait tomber l’opprobre sur l’UMP. Voilà ce que ce mot lâché en off, inspire à certains, et dont ils souhaiteraient nous convaincre par une logomachie coutumière de ceux qui font feu de tout bois.

Que le chef de l’Etat, sanctionne en un mot, le « Mot » ainsi que le Premier ministre, rien de plus normal. Mais arriver à faire, d’un non événement, une affaire d’Etat, où va-t-on ? Que certaines personnalités, coutumières, elles-mêmes, d’un langage qui se vulgarise au point de devenir usuel en privé montent au créneau telles les révoltés du Bounty ; de qui se moque-t-on ! Si le mot employé par Mr Devedjian est devenu un drame en plusieurs actes, il reste néanmoins évident que ce mot était à prendre au second degré et surtout, au sens figuré. Si le mot de « salope » avait été utilisé pour d’écrire le comportement privé de Mme Comparini donc, au sens propre du terme, cela relèverait effectivement de l’insulte. Ce qui n’est en rien le cas. Que celui qui n’a jamais traité en privé, un tiers, d’un nom d’oiseau dans ceux qui le condamnent et bien, qu’il lui jette la première pierre pour le début de sa lapidation ardemment souhaitée à en croire ce que je lis. Ce qui est regrettable : Le désir immodéré de quelques journalistes qui n’ont pas grand-chose d’intéressant à dire et qui décrédibilisent l’information - Ce manque de respect flagrant qu’ils affligent in fine à Mme Comparini en divulguant l’information, car si le mot avait lâché en off, personne d’autre que les intéressés n’aurait été au courant - Et, quand même, pour Mr Devedjian aguerri aux ruses journalistiques, d’avoir oublié que les yeux et les oreilles des journalistes tournent en permanence alors qu’il le sait pertinemment comme les autres. Mais de là, à nous pondre un coucou suisse... La République à d'autres chats à fouetter.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents