Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Les temps ont bien changé.

Publié par Diatala sur 6 Avril 2007, 18:35pm

Catégories : #Société-Abus Politique -Scandales-

Jean-Marie Le Pen, fier d’avoir pu se rendre à Argenteuil. Une crise profonde existe bien. La presse et les médias se gargarisent de relater la venue de Jean-Marie Le Pen en banlieue. Mais pourquoi une telle réjouissance ? Pour montrer que le candidat FN lui, peut s’y rendre, contrairement à Nicolas Sakorzy. Mais il faut savoir que les médias n’incarnent pas le peuple français. Les Français n’acceptent pas ce chantage et ces menaces vis-à-vis d’un candidat et, encore moins cette violence pré organisée à son encontre. Ce lynchage soutenu et organisé ne peut continuer. Ces citoyens modestes des cités et en difficulté sont privées d’une rencontre avec un candidat important, dont beaucoup, attendent un message fort de sa part. Le PS n’a comme ultime politique et pour seul combat, non pas de convaincre et de défendre son programme, mais uniquement, la diabolisation du candidat UMP. La gauche n’attend que des affrontements qui dégénèrent avec violence. Un moyen pour elle d’essayer de se placer dans cette campagne, comme étant la seule, à pouvoir éviter d’autres émeutes et sortir les cités des ghettos. Cette gauche, installe elle-même, des zones de non-droit, et prétend vouloir les combattre. Pitoyable ! Cette basse et grave instrumentalisation de groupuscules est, antidémocratique et inacceptable en cette période électorale. Ces cités ne méritent pas d’être prises en otages une fois encore, d’être considérées pour un vaste ring politique à la solde d’un parti ; Parti en déroute complète. Une fois de plus, se sont-elles qui trinquent. Imaginons, un instant, l'inverse. Que dirait et que ferait la gauche dans ce cas !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents