Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La Fidélité

Publié par Diatala sur 27 Décembre 2006, 22:45pm

Catégories : #Société-Abus Politique -Scandales-

La fidélité.

Hier soir, Stéphane Bern proposait dans « L’Arène de France » un débat qui s’intitulait : Peut on encore être fidèle ?  D’un côté les partisans du oui, et de l’autre, forcément, les partisans du non. De plus, depuis l’ère de l’informatique et des sites de rencontres, "cliquez" serait il tromper ?

Des psys en tout genre (bientôt il y en aura plus que de patients) évoquèrent la conception de la fidélité et de l’infidélité.

 Nous entendrons, bien sûr, les vieux poncifs du mâle dominant, du genre : L’homme a toujours été un chasseur, il est donc normal qu’il soit infidèle _ Les pulsions de l’homme sont différentes et de plus, elle ne sont pas refoulées, contrairement à celles de la femme_ La sexualité n’a pas la même valeur chez la femme que chez l’homme, patati patata… Donc l’homme est un infidèle de nature, depuis toujours, et le restera… ; C’est une fatalité.  Ah zut ;-) ! Et la femme serait vouée à être cocue, toute sa vie. Ah bon ! Naïveté, supériorité déplacée de la part de ces messieurs, ou peur de la réalité ? La fidélité et l’infidélité ne sont pas une question de sexe ou  de sexualité, mais de moment précis, vécus au cours de l’existence.

La fidélité serait elle un art de vivre, et l’infidélité également ? Je pense que tout enfant a souhaité, et souhaite encore aujourd’hui, être fidèle. C’est une conception naturelle et évidente pour lui. Mais avec le temps, la construction de la personnalité pour certains, la déstructuration pour d’autres, et la recherche permanente d’un idéal, fait que cette envie si simple de fidélité peut, soit se concrétiser, s’atténuer ou disparaître. Mais je crois que les facteurs en sont bien psychologiques, culturelles, religieux et sociaux, mais en rien sexuels.

Pour les partisans de la fidélité, tout repose sur un contrat religieux ou moral, voire un décret, qui conduit le conjoint à être, et à rester fidèle à l’autre, quoiqu’il arrive et, à refouler par amour, ses pulsions pour d’autres. Si, pulsion il y a, évidemment ! Mais depuis que les testicules du mâle sont descendus, voilà des milliers d’années, et que les sondages sur la sexualité, eux, montent, il existe d’autres raisons à la fidélité ou à l’infidélité.

 Les choses sont certainement plus simples que cela.  Tant que l’individu ne se pose pas de question, il  ne peut envisager l’infidélité. Il n’envisage donc aucune forme de partage en dehors des relations qu’il entretient avec son partenaire ou avec sa partenaire, ne pouvant créer d’images extérieures à ce binôme conjugal. Dès lors qu’il s’interroge sur «  lui-même » en premier, puis sur la réalité de son couple, le risque d’imaginer une autre relation, même fugace, peut naître et se concrétiser. C’est donc le questionnement approprié à une situation précise, consciente ou inconsciente, qui peut conduire à chercher autre chose, hors du couple.

La maternité est un facteur qui soude le couple, mais qui peut également rompre les rapports, « amant maîtresse » dés que la femme devient une "mère", et que "l’homme" devient un père, le rapport à l’autre peut changer, et les désirs s’estomper, entraînant une carence de phantasmes. De nouveaux fantasmes seront projetés sur quelqu’un qui n’évoque en rien cette image parentale, mais qui évoquera une image purement érotique.

La fidélité n’existe, que si, lors d’une période donnée, longue, moyennement longue, courte, le couple peut se suffire à lui-même, et que leurs échanges, quels qu’ils soient,  ne cessent de nourrir leurs besoins mutuels. Aucune attirance extérieure ne viendrait donc entraver cette entente, qui s’autosuffit.

De plus, le choix de la partenaire ou du partenaire, ne se fait pas toujours suite à une profonde attirance, mais il arrive qu’il se fasse par obligation, nécessité, devoir (mariage ou union libre), choix clanique, religieux, forcé, grossesse non désirée, précipitation, hasard, solitude, vénalité). Ce qui conduit toujours à une erreur de casting.

 

Mais peut on être fidèle toute sa vie à la même personne ? Toute une vie c’est long, mais sûrement, certainement. Mais si cette fidélité est due à la peur et qu’elle ne tient que par la pensée secrètement fantasmée pour d’autres, est ce de la fidélité ! ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents