Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Collégien de Meaux

Publié par Diatala sur 4 Mai 2006, 12:29pm

Catégories : #Société-Abus Politique -Scandales-

Affaire de Meaux.

Les syndicats réclament des moyens supplémentaires, mais eux, que comptent ils faire pour assumer leurs devoirs d’enseignants ?

 

 A peine la mort de ce jeune lycéen de Meaux était elle annoncée, que le syndicat Fidl faisait une déclaration à la presse dénonçant le manque de moyens financiers, humains et matériels. Ainsi il dégageait complètement la responsabilité incombant à l’établissement. Le syndicat, en a même oublié son devoir de retenue, dans de telles circonstances, de peur d’être incriminé directement. Quelle indécence ! Personnellement, je pense qu’il faut arrêter d’excuser et d’encenser le milieu des enseignants. A force de répéter qu’ils sont courageux et méritants, que la pénibilité de leur fonction les excuse de toute responsabilité, nous en arrivons à un laxisme écoeurant de leur part. Il serait facile et injuste de rejeter la pleine responsabilité sur le dos de l’Education nationale. A quel titre ce collège devrait il être exempté de responsabilité ? Quand des parents confient leurs enfants dans un établissement scolaire, c’est pour qu’une surveillance et qu’une autorité s’y exercent également en leur absence. Gilles de Robien a confirmé que ce collège bénéficiait d’un encadrement largement supérieur à la moyenne, d’un adulte pour six élèves, au lieu, d’un adulte pour dix huit élèves. Les questions sont ; que faisaient les surveillants à ce moment, où étaient ils, pourquoi est ce un élève qui a dû aller chercher et alerter un professeur ? Le problème vient de la démission des enseignants, de la banalisation de la violence, par manque de volonté, par laxisme, par fatigue intellectuelle, par abandon du sens des devoirs. Prétextant d’une fatalité, dont ils ne seraient que des spectateurs impuissants, depuis, plus rien n’a été fait. Les gens en ont assez de la mentalité des profs, qui s’érigent en permanence en victimes, en se plaignant constamment , tout en laissant pourrir des situations à l’extrême. L’avocate des deux jeunes responsables, plaide la triste fatalité d’une violence qui est devenue un jeu, donc normale, dans ce type d’établissement. Elle-même, de par cette déclaration, reconnaît implicitement, que rien n’a été fait dans ce collège pour faire cesser ce type de rapports entre lycéens. Donner des moyens financiers, humains supplémentaires, ne pourra en rien changer le fond du problème. De l’argent mal utilisé, une augmentation du personnel sans prise de conscience et sans volonté de reconquête de l’autorité, du respect, sans prendre également et essentiellement les problèmes à la source, ne serait que pure perte. Tous les gouvernements ont voulu préserver l’électorat enseignant, puis éviter les débordements lors des réformes, ce qui a conduit à fabriquer une corporation d’intouchables.

Le travail doit commencer dès le primaire. L'autorité d'un prof au collège, n'est bafouée que si, il la laisse bafouer. Si les éléves ne se lèvent plus à l'entrée d'un prof en classe, à qui la faute? A force de vouloir enseigner cool, de se la jouer moderne, proche des élèves  et de proscrire les convenances, la bienséance qui étaient devenues ringardes, voilà ce que cela a donné.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents