Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La morale

Publié par Diatala sur 29 Août 2006, 16:36pm

Catégories : #Philosophie

La morale

La morale est elle une conception objectiviste ou, relativiste ? Et bien mon expérience m’a amené à constater qu’elle était souvent objectivo-relativiste. Que l’homme utilisait les deux, en fonctions des situations dans lesquelles il se trouvait. La morale devient ainsi pour beaucoup, élastique, façonnable. Le manichéisme des uns, n’étant pas du tout celui des autres .Pourtant, initialement le sens du devoir,  les responsabilités envers nos actes, leurs conséquences, nos responsabilités envers les autres,   notre façon de vivre avec eux, doivent être communs à tous. Etant au départ, divinement objectiviste puis philosophiquement objectiviste, elle a toujours évolué pour engendrer une morale à la carte. Elle devrait être universelle, s’appliquer à tous et partout. Mais, où tout se complique, c’est quand celle-ci devient uniquement relativiste car, l’homme lui confère sa propre conception. Ainsi en son nom, il établit et impose sa vision de la morale sans aucune conformité à celle ci, ni au respect des droits de l’homme. La raison éthique est évacuée pour laisser place à des intérêts stratégiques, cupides et égoïstes. Mais si les actes sont les seuls à être visibles, les intentions peuvent être en apparence du domaine « de la morale » tout en cachant un tout autre but, inavouable. Mais la morale ne sera reconnue que dans la finalité de son action et, non dans son intention. Si la ,dite morale, a pour conséquence de tromper et d’endormir la réflexion raisonnable et la critique raisonnable, il faut exhorter sa propre morale à combattre l’autre.

La morale se met en éveil lors de prises de conscience, de décisions inhérentes à autrui, à un pays. Elle est afférente à un groupe, une société. Et ainsi commence la réflexion, en fonction de son éducation, sa religion, ses croyances, ses peurs, ses désirs, son passé, ses ambitions, ses convictions, en son âme et conscience. Chacun ne possédant ni, la même âme, ni la même conscience, la morale enfantera douloureusement, une morale immorale. La morale des uns peut être irrespectueuse où / et criminelle. La morale des autres peut être humaniste et salutaire pour le bien des hommes. Mais la morale serait elle une arme cœrcitive ? Où est elle le respect de l’autre, de la vie et surtout de soi même ? Car de nôtre morale respective devrait naître l'unité des hommes et des peuples.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents