Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Les criminels, fabriquants de tabac, épargnés

Publié par Diatala sur 30 Mai 2009, 12:17pm

Catégories : #Analyse Finance - Economie- International

 
TABAC.jpgAprès avoir fait une propagande constante pour que dés le plus jeune âge la cigarette devienne une amie inséparable, nous sommes entrés aujourd’hui dans la phase de culpabilisation à outrance des fumeurs sans jamais s’en prendre aux cigarettiers qui foutent des poisons de plus en plus nombreux dans les cigarettes afin de créer une dépendance accrue chez le consommateur.
Que les autorités sanitaires et les parlementaires commencent par interdire les additifs et les substances létales qui sont introduits dans la fabrication.
Mais le vice a atteint son paroxysme puisque le nom de ces produits dangereux est maintenant en gros caractères sur le paquet.
Et le chef d'inculpation pour meurtre : Introduction de produits mortels ayant entraînés la mort, sans intention réelle de la donner, ne concerne pas un certain milieu.
Ce produit qui tue, mais dont les taxes substantielles, ne sont pas négligeables pour l’Etat, reste pourtant légal. Que ferait l’OMS si la strychnine et le curare étaient en vente libre ? La réponse est simple : elle les interdirait. Alors la logique, le sens du devoir et, des responsabilités inhérentes à la santé, voudraient que le tabac soit purement et simplement interdit à la vente et qu’il disparaisse à jamais de nos commerces si l'on veut rester crédible aux yeux du bon peuple.
Où sont alors la cohérence et l’intelligence dans ces mesures ? Circulez elles n’existent pas.
Aujourd’hui l’OMS considère que 40% de fumeurs est un chiffre trop important ; elle souhaiterait le voir descendre à 20% pour être acceptable. Donc les autorités sanitaires acceptent que certains meurent, des suites de maladies liées au tabac, mais d’autres pas. Etrange conception de l’éthique sanitaire.
Alors pour se donner bonne conscience et considérer que leur âme n’a pas été vendue au diable, les responsables de notre santé ont décidé de passer ici à la vitesse supérieure en collant sur les paquets de cigarettes d’horribles photos. Des clichés qui seraient, nous dit-on, ceux de fumeurs. Si le tabac est certes mauvais, la part de pollution liée à l’environnement est encore plus néfaste sur notre système respiratoire et il faut le savoir. Mais il est préférable de condamner et de stigmatiser le citoyen lambda au lieu de s’en prendre à divers types d’industries qui empoisonnent quotidiennement notre atmosphère et nos voies respiratoires. (Personnellement je pense que la personne sur cette photo ignore que l'Age de pierre est fini, que les dentistes existent dorénavant et que l’hygiène buccale est aujourd’hui à portée de tous). Mais développer la peur chez les individus est une arme de domination par l'affaiblissement de leur psychisme.
Mais il ne faut pas avoir honte pour en arriver à un tel stade de non-sens. Comment se sentir humainement responsable de la vie des autres en conservant sa respectabilité si l’on accepte de continuer de diffuser à grande échelle un produit mortel tout en faisant une campagne monstrueuse pour en dénoncer ses dangers ? Oui mais l’économie…vous n’y pensez pas ? Evidemment l’économie engendrée autour du marché du tabac est énorme ; les multinationales et leurs emplois, les commerces, les taxes, les PV pour contrevenants, le milieu médical, pharmaceutique et paramédical. Un énorme chiffre d’affaires qui ne peut s’envoler ; c’est vrai. Il est donc nécessaire et très important que les gens continuent de fumer.
Mais ! il est important de faire croire que l’on se préoccupe malgré tout réellement des dangers tabagiques. Pour cela la solution est simple et elle se décline en trois mots : INTERDICTION – CULPABILITE – AUGMENTATION des taxes et des paquets. La décrue des ventes est comblée par la dernière solution, il n’y a donc pas de pertes mais des profits plus importants. La peur incite également les criminels et ceux dont la logique est défaillante par obligation, voire inexistante, à se prémunir en cas de procès intenté par un malade contre le fabriquant ou l’Etat. Vous pouvez mourir...d'accord ; mais ne faites ziech ceux qui gagnent de l'argent grâce votre longue agonie.
Ne cherchez pas, dans un monde qui marche sur la tête, à avoir un esprit rationnel…cela ne sert à rien et c’est devenu ringard.                          

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents