Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Les enfants perdus de Tranquility Bay

Publié par Diatala sur 8 Mars 2008, 18:16pm

Catégories : #Analyse Finance - Economie- International

 
Saviez-vous que, seulement deux pays n’avaient pas ratifié la Convention de protection des droits de l’enfant (CDE) ? Cette convention codifie les droits de l’enfant pour tous les Etats en se basant sur les principes fondamentaux des droits de l’Homme.
Alors quel est l’un des deux pays à ne pas avoir signé cette convention ?......... La Somalie. Et l’autre ? Devinez ? Et bien c’est la plus grande démocratie de façade du monde et, elle se nomme ?????? Les Etats-Unis.
Nous connaissions l’absence totale de respect que porte les dirigeants de ce pays au peuple du monde et aux enfants de cette planète. Nous connaissions leur absence de principes moraux et éthiques. Nous savions que leur démocratie était ignorée pour les besoins de la guerre. Mais, savoir que l’Amérique se contrefout du sort de ses propres enfants en refusant même d’adopter une législation fédérale sur la protection de l'enfance, est, i-ni-ma-gi-nable !
Ainsi, sans loi de protection pour les enfants, de pervers et cupides financiers américains et, mormons de surcroît, ont mis en place un incroyable business criminel en ouvrant des centres d’internement dignes de Guantanamo dans l’Utah puis à l’étranger. Ces paradis des ténèbres sont ainsi gérés par WWASP (World wide association of specialty programs) en lui rapportant plus de 95 millions de dollars par an. Un marché excessivement lucratif sur le dos d’adolescents au pays de la démocratie et des libertés.
Dans ces centres de torture existant depuis 20 ans, les enfants, dès le secondaire, subissent toutes sortes de violences physiques et  psychologiques en passant par les abus sexuels et le viol. Ils n’ont pas besoin d’être des délinquants pour obtenir leur visa d’entrée, non, juste des enfants difficiles à gérer pour des parents impuissants face à leur progéniture. Le but étant de leur éviter la prison en les lobotomisant façon Skinner.
Cette semaine, un reportage choc sur France 2 «  Les enfants perdus de Tranquility Bay »diffusé trop tardivement, nous montrait après deux ans et demi d’enquête les dérives de ce système de prison pour gosses de riches ou pour parents coupables de démission qui se saignent aux quatre veines pour payer 30 000 dollars par an, non pas pour aider leur enfant, comme ils le croyaient, mais pour les envoyer en enfer et les détruire à jamais. Deux jeunes témoigneront de leur internement passé. L’un l’a été à 12 ans. Il nous livrera, les larmes aux yeux ou en sanglotant, son calvaire quotidien.
Des publicités flatteuses vantaient à l’époque les mérites de ces centres d’internement sur une plage paradisiaque en Jamaïque (Depuis les centres à l’étranger ont tous été supprimés par les Etats concernés)
Cette modification du comportement d’un enfant par la force et l’humiliation constante est digne des techniques de Megele. Elle consiste à casser toutes résistances psychiques d’un enfant en brisant sa personnalité profonde pour que son apparence comportementale en soit modifiée et devienne celle d’un être entièrement dépendant des autres. Une loque, un enfant sans espoir mais, docile.
Ce programme est basé sur l’étude comportementale du psychologue Skinner et de sa méthode  «  La Skinner box » A l’époque, Skinner expérimentait mesurait et enregistrait ses essais sur des animaux de laboratoire avant de les adapter sur sa propre fille et ensuite sur les êtres humains en les enfermant dans une boîte avec un stimulus pour la récompense et un autre pour la punition. Vous savez, c’est la technique employée avec les chiens ou les bêtes de cirque. Un susucre si il donne la papatte et fait le beau et, un coup de fouet, si il n’obéit pas.
Ensuite, la WWASP se base sur les doctrines de la secte mormone attachée aux valeurs patriarcales et autoritaires de son ultra fondamentalisme pour éduquer les internés avec les valeurs les plus extrémistes et les plus archaïques qui existent et qui existaient chez les barbares.
Au XXI siècle, le pays sur lequel nous devrions prendre exemple, nous montre, une fois encore, son visage diabolique qui ne saurait se coller sur celui de notre belle France.
Certains parents ont déposés plaintes ainsi que des employés de WWASP. La WWASP perdra le procès mais ne sera pas poursuivie pour - Abus sur enfants. Aucune loi ne les protégeant.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents