Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La laïcité serait-elle en danger ?

Publié par Diatala sur 18 Janvier 2008, 16:55pm

Catégories : #Culte -Mythe - Religion- Réincarnation Esotérisme

 5458540984_6cdc7ba3c4.jpgLes discours de Nicolas Sarkozy font sortir de leurs tanières ceux qui luttent pour la notion du vide absolu. Mais cette réaction n’est-elle pas dogmatique également! Mais on parle sans cesse des juifs !

Si le Christianisme fait incontestablement partie de notre culture et de notre héritage religieux : pourquoi ne pourrait-on en parler librement ? La religion n’est pas encore enterrée à ce que je sache et son évocation ne tue personne ! Nous ne pouvons dans notre laïcité renier deux millénaires de croyances et de récits au prétexte de déplaire à des contestataires et de séditieux politiques professionnels. La religion est un patrimoine bien vivant même si elle est contestable à bien des niveaux. Mais elle est encore une attente pour beaucoup même si de nos jours celle-ci a été très largement supplantée par de nouvelles valeurs et que la déité s’est revêtue de forme contemporaine matérialisée et starisée ; en observant heureusement  une nette orientation tendant  beaucoup plus vers la spiritualité que la religion.
Les religions et la chrétienté ont érigé malheureusement des dogmes avec une pensée souvent plus dévastatrice et réductrice que constructive dans cette recherche spirituelle personnelle et cette entraide fraternelle. Mais des dizaines de millions de chrétiens revendiquent leur appartenance et leur foi encore aujourd’hui au sein de cette laïcité qu’ils souhaitent pourtant protéger. C’est une attitude paradoxale mais bien réelle. Mais, la laïcité doit-elle pour autant en faire abstraction dans son discours ? Cette pseudo crainte stupide voudrait que l’on diabolise tout discours insérant la religion comme une valeur salvatrice. Nous parlons bien sans tabou du communisme et du fascisme qui, eux, ont fait plus de morts à eux seuls que le christianisme et dont les idéologies sophistes n’incarnaient qu’une nouvelle forme de religion. Le culte voué à Staline, Lénine ou Hitler l’a largement démontré. Les dieux revêtant de nos jours des apparences physiques multiples.
Par contre, si les valeurs et les espoirs de certains disparaissent aujourd’hui, ce n’est ni la religion qui est en cause ni même la laïcité. Nos sociétés produisent et surproduisent des biens de consommation qui, sont eux-mêmes, des réconforts, des exutoires, des substituts à la foi ; les nouvelles technologies, la télévision et l’Internet remplacent l’autel et la nef est devenue le cadre de vie de chacun. Ces soixante années de paix ont détourné l’homme de ses croyances et de ses prières, ces dernières n’ayant plus une nécessité absolue de réconfort dans les espoirs attendus. les idéologies pour de nouvelles sociétés se sont enlisées elles-mêmes dans le confort matérialiste et la paresse intellectuelle ; les idoles de la variété et du cinéma ont défié Dieu, leurs fans se rassasiant ainsi de ces nouveaux dieux incarnés.
La laïcité devrait être avant tout une société de tolérance qui aborde sans complexe les différents cultes et principalement celui de nos origines. La foi dans le regard de 
l’autre n’est une menace pour personne.

Dès l’enfance nous devrions enseigner l’histoire des religions ce qui éviterait cet obscurantisme qui conduit à la haine des autres sous prétexte qu’ils en ignorent leur fondement.
Je pense qu’il était important qu'indirectement le Président montre également que l’Islam croissant chez nous ne fait pas partie de notre atavisme religieux et que le christianisme a des racines profondes dans notre société même si les trois religions monothéistes sont issues de la même matrice.
Sincèrement ! qui pourrait avoir peur que l’Eglise rejoigne l’Etat ? Qui peut penser sérieusement et intellectuellement que l’évocation du christianisme et de ses valeurs puisse mettre en péril la laïcité ? Chacun est libre de croire ou de ne pas croire, et parler de la religion pour un chef d’Etat n’est en rien un acte de refus de cette laïcité et encore moins un crime. La foi a toujours été un soutien qui évite souvent aux hommes l’égocentrisme et l’égotisme. Dans nos sociétés, l’accélération fulgurante et continue du progrès, la politique, les mœurs qui parfois nous échappent et la mondialisation qui s’accroît quotidiennement sont des facteurs de désorientation qui peuvent conduire à perdre nos propres référents sociétaux et références personnelles aux autres et à soi-même. L’évocation du christianisme est pour moi bien moins dangereuse pour l’homme que l’acceptation de certaines dérives. 
Et ceux qui ont peur que la laïcité soit en danger, peut-être ont-ils simplement peur de Dieu ( !)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents