Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Mort annoncée et taxe supplémentaire

Publié par Diatala sur 17 Janvier 2008, 11:31am

Catégories : #Société-Abus Politique -Scandales-

5235735944_aae6d51154.jpg

La fin de la publicité sur le service public.
Si la surabondance en temps et en nombre de spots publicitaires est devenue insupportable à toutes les heures de la journée et de la nuit, il n’en reste pas moins exact que chacun reste libre de regarder ces publicités où de zapper si il le souhaite.
La pléthore de chaînes (TNT, Câble et satellite) permet d’éviter de choisir des programmes liés à l’audimat, chacun pouvant trouver sur ces réseaux le style d’émission qui lui convient. Personnellement, je ne regarde pour ainsi dire jamais les chaînes comme France 2 et TF1, sauf pour les JT, et je souhaite encore moins recevoir la télé sur mon mobile.
Le projet à l’étude consisterait à taxer à l’achat tous les supports recevant la télévision (portable, ordinateur, télévision). Projet entre parenthèse qui serait déjà entériné selon l’info ici.  Une mesure qui pénalise une fois de plus le client et qui vient s’ajouter à la baisse de son pouvoir d’achat. Si la hausse de la redevance n’était pas une mesure populaire, une taxe supplémentaire sur des produits dont l’espérance de vie est de plus en plus courte n’est pas plus satisfaisante pour le consommateur. La taxe sera-t-elle d'ailleurs appliquée sur les téléphones mobiles pouvant recevoir les chaînes de télévision ou, sur ceux des utilisateurs qui ont l'abonnement payant pour les recevoir ?  
La réflexion du gouvernement est aussi en cours pour taxer les chaînes privées et tous les supports publicitaires en y incluant les opérateurs télécoms. L’idée est excellente et j’y avais pensé depuis longtemps pour financer un autre domaine. Mais au lieu d’augmenter les prix il aurait été plus juste d’équilibrer et d’adapter les temps de pages publicitaires en les réduisant proportionnellement aux besoins restants.
Quoiqu’il en soit, la qualité d’un service public dans le choix des programmes proposés ne dépend pas des recettes publicitaires mais d’une volonté à faire connaître et apprécier des émissions différentes. Si le service public veut se différencier sur France 2 par exemple, je ne pense pas que cette chaîne puisse rester viable à long terme.  Les téléspectateurs se sont habitués à regarder souvent n’importe quoi, et ils aiment ça. Le changement de culture via l’image en proposant des programmes pédagogiques, des émissions concentrées sur l’enseignement général, des reportages et des débats en prime time n’est pas acquis du tout. Et pour terminer, même si l’audimat et les parts de marché ne sont plus les mesures de référence obligatoires pour continuer d’exister, l'audimat lui, restera quand même l’indice principal de succès ou d’échec de la chaîne.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents