Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Verdict de l’Arche de Zoé

Publié par Diatala sur 27 Décembre 2007, 12:41pm

Catégories : #Abus- Pédocriminalité- Violence- Prostitution

arche de zoe procès ouverture breteau collard lelouch

La justice tchadienne a exercé sa souveraineté dans ce dossier, on ne peut que s’en féliciter. Si la diligence dans l’exécution de ce procès a été un élément en faveur des détenus, elle a été également un handicap pour eux et la défense. La peine maximale de 11 ans requise par le procureur n’a pas été suivie et aucun acquittement malheureusement n’a été prononcé.
Cette sentence identique de huit années d’emprisonnement pour les six condamnés français est choquante ; il est évident que le degré de responsabilité et d’irresponsabilité n’est pas le même pour chacun ; ce qui rend ce jugement inique sur le fond en ce qui concerne la responsabilité pénale (tentative d’enlèvement d’enfants) déclarée de tous les membres restés au Tchad. Eric Breteau devait écoper de la peine la plus lourde étant le président de l’association et responsable officiellement des opérations. Si, dès le départ, il était évident que cette opération ne pouvait se mener sans l’aide accrue de plusieurs tchadiens, Eric Breteau se devait de corroborer les affirmations faites sur l’origine de ces enfants par d’autres investigations. Ce qui n’a jamais été fait, ni par lui ni par son assistante. La compassion n’a pas de limite, mais elle n’autorise personne à être à ce point frivole et irresponsable. Tant qu’à sa compagne, Emilie Lelouch, aveuglée et d’une inconscience arrogante rare, elle aurait dû bénéficier d’une peine moins lourde restant juridiquement une subordonnée au service de Breteau. Pour les quatre autres, une peine d’emprisonnement avec sursis aurait été largement suffisante. Leur implication restant secondaire ayant été de plus soi-disant désinformés sur la légalité de l’action à mener. Sauf si certains d'eux sont des agents infiltrés, évidemment, et que cette opération en cachait une autre plus cynique.
 
Les 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts qui sont demandés pour indemniser les familles restent une demande indécente vis-à-vis du préjudice subi par les familles, sauf si cette somme masque des accords passés en amont par la France avec le Tchad. Mais qui va payer ? Certainement pas les huit membres condamnés de "Children Rescue" ! Alors qui ? La France ? C’est cher payer l’inconscience d’un homme qui se voulait avoir la main sur le cœur et la raison dans les chaussettes…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents