Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Kadhafi en Espagne

Publié par Diatala sur 19 Décembre 2007, 16:57pm

Catégories : #Analyse Finance - Economie- International

 Ils ont crié sans avoir mal, la caravane de Kadhafi est passée, mais les chiens continuent d’aboyer sur les plateaux de télévision et dans la presse française. Sauf, que, le tsunami provoqué ici ne s’est pas étendu vers le sud, il s’est arrêté à notre frontière. L’Espagne a reçu le Libyen sans qu’aucune vague déferlante dissidente ne vienne ébranler cette visite officielle. Le bilan est que Madrid a obtenu ici pour 11,8 milliards d'euros de contrats, chiffre supérieur aux 10 milliards avancés par la France. 
Il ne faut pas se leurrer, si la Libye à besoin d’infrastructures et de technologies avancées, elle a aujourd’hui l’embarras du choix pour accorder des contrats et choisir ses partenaires privilégiés. De plus, si nous nous mettons à la place de Kadhafi, les critiques à son égard et la polémique qui a fait rage durant son voyage, ne peuvent que l’amener à être circonspect. 
Et, in fine, avoir reçu le dirigeant libyen dans de telles conditions peut également nous faire poser une question inverse : «  celle de savoir si nous n’étions pas redevable envers lui de quelque chose pour clore définitivement un passé bien singulier ? » Je ne parle pas des infirmières, car leur libération ne nécessite en aucun cas des remerciements, ni le fait qu’il est désarmé et qu’il combatte le terrorisme, ni même le fait que le commerce avec la Libye soit un élément économique favorable. Non, rien de tout cela ne justifiait cette semaine passée à Paris  dans le contexte que nous connaissons. Mais à l’inverse, qui pourrait interdire de recevoir correctement un hôte et, chef d’Etat de surcroît ? 
Alors tout a été dit et n’importe quoi par la presse, les spécialistes de spécialités et par les politiques. Une logomachie rabâchée, des intellos aux discours amphigouriques, des socialistes qui conspuent systématiquement le pouvoir en place qu’ils n’ont pas eu. Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Car, si nous devions, ne pas recevoir ceux qui ont du sang sur les mains, alors ! nous vivrions en autarcie. Et si un terroriste est celui qui refuse de se plier à Washington, alors, d'accord, Kadhafi a été un terroriste. 
Même des députés UMP ont tenus publiquement des propos encore violents envers celui, avec qui, la France, était en même temps entrain de négocier. Ne l’oublions pas quand même ! Tant qu’à Kouchner, n’en parlons pas ! Il faudrait savoir dans ce cas si l’éreintement, la critique constante seront toujours de mise pour contenter les mécontents et asseoir le politiquement correct ou, si les rétroviseurs sont définitivement cassés pour aller de l’avant ? Qui aurait, en plus, la naïveté de penser que stratégiquement il est impossible de décréter qu’un état, quel qu’il soit, devienne un état voyou en lui incombant des crimes qu’il n’a pas forcément commis ?
Mais si vous avez bien observé Kadhafi, il donnait plutôt le sentiment de recouvrer une légitimité volée, il donnait l’impression de jouir d’une liberté, circonscrite à tort et, enfin, son attitude était surtout celle de l’homme humilié qui prend sa revanche en étant réintroduit sur la scène internationale tout en bravant et défiant la France lors de son séjour. Alors compte à régler ou pas ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents