Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


La liberté de la presse

Publié par Diatala sur 12 Décembre 2007, 16:22pm

Catégories : #Désinformation Médias- Omerta- Leurs Mensonges

 Une enquête ici sur la liberté de la presse dans quatorze pays montre que 40% des 11344 personnes interrogées ne seraient pas opposées à une restriction de la liberté de la presse si cela peut favoriser la stabilité et la paix et que, 56% font au contraire de la liberté de la presse un principe intangible.
Mais pour parler de ce principe intangible de la liberté de la presse celle-ci doit en premier retranscrire l’information sans la passer au tamis ou la jeter à la poubelle pour le devoir  qu’elle a envers les lecteurs de les informer sur la totalité de leurs informations.
La partialité de certains journalistes rend l’information erronée et les lobbies en amont en séquestrant une grande partie voire, une très grande partie de celle-ci, font de la liberté de la presse un terme vidé de sa substance et de sa noblesse.
Quand la presse relaye bêtement de fausses informations et des mensonges éhontés qui incitent l’opinion publique à se positionner d’une manière favorable ou non du côté voulu, elle se rend responsable et coupable de manquement envers ses responsabilités. Où est alors l’objectivité ? Peut-on, a-t-on le droit de balancer des informations sans aucun fondement ? Quand les agences de presse sont contrôlées et qu’elles ne reçoivent que ce qui est autorisé, orienté, et que certains faits majeurs et graves sont délibérément occultés : où est la liberté d’informer ? Elle n’existe que sur la forme, mais sur le fond rien de tangible n’existe.
Qu’attendons-nous, dans l’ensemble, de la presse ? Qu’un journaliste nous informe au mieux, ou bien, qu’il retranscrive ses idées, ses émotions, ses partis pris, qu’il conspue envers… et qu’insidieusement il nous indique ses tendances politiques ? Ou que son objectivité de journaliste, que ces rapports factuels induisent à la réflexion sans nous mâcher, broyer préalablement le contenu en nous le régurgitant ensuite sur papier ou en image ? Personnellement la seconde façon d’exercer est celle que je retiens, ne serait-ce que pour la liberté d’appréciation du lecteur et de son autonomie qu’il doit conserver dans la réflexion. Car voilà bien un domaine dont on se fout littéralement puisque l’information est devenue un vaste vecteur propagandiste, ou des propos subversifs viennent masquer la réalité et où la vérité n’est qu’un élément très secondaire et aléatoire ! L’impartialité devient - La perle rare - à déceler dans l’encre sympathique de quelques journalistes. Une liberté entravée en amont, et la liberté d’écrire partialement, ne peuvent en rien combler l'ensemble des lecteurs, des auditeurs, des téléspectateurs et ne peuvent nous faire voir le Monde tel qu'il est. Sauf que, ce système marche bien et que la majorité de l’opinion publique s’en abreuve avec délectation. La pensée est circonscrite et la désinformation est souveraine.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents