Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Maison ou tour ? ville ou cité ?

Publié par Diatala sur 3 Décembre 2007, 14:56pm

Catégories : #Société-Abus Politique -Scandales-

4866679075_dcf2302dd5.jpg 

Toutes les grandes villes ont crée des ghettos. Il n’était pas envisageable qu’une mixité existe entre les Français, les Français issus de l’immigration et les immigrés.
Cette intégration aurait été ressentie comme une promiscuité, un opprobre s’abattant sur les bons citoyens des villes. Mais contrairement à certaines villes internationales qui ont réussi cette intégration, notre passé avec le continent africain a fait naître des sentiments et ressentiments des deux côtés mais, exacerbés chez ces populations qui ont été parquées. Alors qu’une distillation constante aurait permis une intégration rapide.
Si il est vrai qu’une grande ville cosmopolite prospère et offre des avantages certains pour l’économie, le commerce et la culture par la diversité des pays représentés et des niveaux professionnels adaptés à la demande, les immigrés des banlieues, eux, ont développé par obligation dans leurs cités cosmopolites des règles de vie non adaptées. Ils ont crée des marchés souterrains de plus en plus développés ne pouvant accéder à l’économie de marché, à l’emploi. Ils ont crée des lieux d’échange à l’intérieur d’un cercle donc, sans issue pour en sortir et sclérosant. Mais il ne suffit pas de poser des constats,  car ceux-ci restent statique. 
Aujourd’hui, le but doit être, non pas de rénover ou reconstruire ce qui n’a jamais marché, mais d’innover et d’oxygéner ces ghettos par une mutation d’un côté et un renouvellement de la population de l’autre. Dans une de mes réponses à un des commentaires de la semaine dernière je disais que la création de nouvelles villes satellitaires offrirait plusieurs avantages : le désenclavement local et celui des grandes villes ; la création d’emplois pour la réalisation de ces "news" villes avec des infrastructures adaptées et des espaces verts en nombre suffisant, la création de commerces et d’entreprises. Bref, des projets à long terme pour les secteurs professionnels concernés et les habitants. 
Il faut un plan aux besoins actuels certes, mais surtout et principalement évolutif et adaptable également à l'avenir lointain. Il faut cesser la construction de ces tours HLM et permettre l'accession à la propriété ou à la location dans des maisons de ville, de village et de nouveaux lotissements.
Il faut donner un avenir à ces jeunes et des perspectives encourageantes pour les motiver en facilitant par la subvention la création d’entreprises diverses au lieu de donner encore et encore de l’argent à des associations parfois plus néfastes qu’autre chose. 
Il faut ouvrir ces villes aux résidents des grandes villes pour éviter de les faire retomber dans l’isolement.  
Il faut créer aussi l’événement par la culture : des théâtres, des musées, des complexes sportifs, des salles de congrès, de concerts etc… Il faudrait une obligation de partage dans l’accès à la culture pour que les pièces de théâtre, les spectacles et les concerts se délocalisent vers ces villes. Et pourquoi pas demander à Emmanuelle Béart, Muriel Robin et bien d’autres de venir jouer bénévolement dans un théâtre du 9/3 et d’autres, ailleurs !(je suis certaine qu’elles seraient ravies ;-))  pourquoi pas des Premières de film! L’événementiel est aussi un moyen de changer les mentalités. 
La culture doit obligatoirement aller vers eux, car ils ne peuvent aller vers elle. L'accession à la culture doit devenir un droit pour tous. Cette carence culturelle est, un, des facteurs de ce malaise grandissant. 
Comment ne pas se sentir étrangers, exclus, quand les accès au développement socioculturel et économique sont interdits pour vous ? La violence naît (en partie) de cette exclusion même si le laxisme parental et éducatif des écoles à sa part de responsabilité. Il ne sert plus à rien de chercher la part afférente dans les responsabilités passées ; il est trop tard. L’urgence est dans la réactivité inhérente aux problèmes actuels et aux solutions constructives adaptées. Moi je ne vois que des solutions, et nombreuses sont-elles encore dans d’autres domaines. Mais il faut que les collectivités territoriales et l’Etat soient main dans la main pour réussir ce vaste projet.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents