Diatala - Médiatala - Information - Désinformation

Le Monde, L'Actualité et l'Actualité Politique, la Désinformation et l'Information par les Médias Alternatifs - Archéologie - Science - Religions - Cultes - Mystères - Sociétés Secrètes - Euthanasie - Big Pharma - Eugénisme - OGM - OVNI - Pédocriminalité - Civilisations - Réchauffement Climatique - Censure - Guerres - Média-Mensonges - Arnaques - Corruption - ADN -


Norvège : Le sexe enseignée sur une chaîne publique destinée aux enfants de 8/13 ans

Publié par Diatala sur 20 Mai 2015, 14:39pm

Catégories : #Etat - Hollande- Valls-Elus- Gouvernement, #Elus-Polique et étrangère-Scandales- Elections, #Abus- Pédocriminalité- Violence- Prostitution, #Gender- Mariage homo- GPA- PMA

Norvège : Le sexe enseignée sur une chaîne publique destinée aux enfants de 8/13 ans

Norvège : Le sexe enseignée sur une chaîne publique destinée aux enfants de 8/13 ans

Doit-on donner des cours d’éducation sexuelle aux jeunes enfants ?

Mais qu’entend-on par - éducation sexuelle - ? Est-ce de savoir comment se font les enfants, à quoi servent nos organes sexuels ou est-ce d’apprendre aux enfants le sexe et ses nombreuses variantes ?

 

Certes, dans des sociétés où toutes les perversions et les crimes se multiplient, certaines explications ne correspondent plus à l’involution des mœurs. Dire, les filles naissent dans les roses et les garçons dans les choux, ou ton petit frère sera déposé par une cigogne, sont aujourd’hui des formules qui ne sont plus adaptées.

 

Tout d’abord il est fondamental de rappeler que chacun doit être et rester à sa place et dans son rôle. Ainsi les parents doivent conserver ou recouvrer leur rôle de parents et l’Education nationale surtout le sien.
L’École n’a pas vocation à éduquer les enfants dans certains domaines qui sont de l’ordre du privé ou de l’intime. Sinon c’est une intrusion malsaine. Nous avons d’ailleurs constaté dernièrement les nombreuses dérives de l’Éducation nationale à ce sujet puisqu’elle a introduit dans les écoles primaires la théorie du genre, des cours d’éducation pluri-sexuelle et des intervenants LGBT. Soit de la propagande.
Ce programme n’est donc pas fait pour enseigner aux enfants ce qu’est la sexualité puisqu’il consiste à les encourager à pratiquer toutes les formes de sexualité sans jamais les alerter sur les risques graves inhérents à certaines pratiques. Pire. Rien, strictement rien ne sera fait pour les protéger des pédocriminels.

 

Apprendre à un enfant quel rôle ont ses organes sexuels est un enseignement qui revient en premier aux parents. Et c’est à eux de décider du moment opportun pour aborder le sujet et de comment l‘aborder, à quel âge, avec quels mots et avec quelles images. D’ailleurs il s’agit de cours d’anatomie et non de sexualité.
Ce qui n’empêcherait nullement que des cours d’anatomie soient enseignés également dès le primaire afin que les enfants aient une bonne connaissance de leur anatomie dans le but de se préserver. Ce qui est malheureusement nécessaire aujourd‘hui.

Quant la sexualité ou plutôt le sexe concerne-t-il vraiment la vie des jeunes enfants ?. Non. Leur apprendre à se masturber est-ce normal ? Non.

Les inciter à y penser, à un âge où l’insouciance et l’innocence font partie intégrante de leur univers, c’est les faire entrer beaucoup trop tôt dans un monde d’adultes. Leur expliquer la procréation est un sujet différent.

La sexualité et le corps ne doivent être banalisés à cet âge car dans ce cas cela conduira forcément plus tard à des comportements irresponsables, donc à risques, grossesses indésirées, MST, viols, pratiques déviantes graves etc.

 

Le plus important à leur apprendre est que leur corps est un sanctuaire que personne n’a le droit de violer. Or, ces programmes sexuels oublient volontairement cet aspect primordial. C’est même l’inverse qui leur est inculqué puisque tout est fait pour que dès leur plus âge ils s’habituent aux parties génitales des adultes et aux différentes pratiques sexuelles. Ce qui les conduira à banaliser le corps, le sexe et à ne plus avoir peur des autres, des violeurs et des assassins d’enfants.

 

Pour conclure :
Si l’Éducation Nationale veut vraiment aider les enfants sexuellement alors qu'elle leur enseigne que des prédateurs existent et que certains d'eux sont au sein même des écoles et que d'autres peuvent se trouver au sein de leur famille ou dans un environnement proche.

Il faut leur apprendre tout ceci avec pédagogie pour ne pas les effrayer. Avec des mots choisis, il faut leur expliquer que leur corps leur appartient, que certaines parties de leurs corps sont privées et interdites d’accès, qu’ils ne sont le jouet de personne, qu’aucun adulte ne doit se déshabiller devant eux, ni même eux devant des adultes et qu‘ils doivent dénoncer celui qui leur demande de les toucher et de se faire toucher. Il faut surtout cesser de banaliser l'acte sexuel car celui-ci est tout sauf anodin.

 

Face à la très lourde actualité pédocriminelle de ces dix dernières années cet enseignement n'est pourtant toujours pas prévu au programme. Tout comme l'Éducation nationale préfère muter dans une autre école ses pédocriminels plutôt que de les dénoncer afin qu'ils soient jugés et condamnés. .

Norvège : Le sexe enseignée sur une chaîne publique destinée aux enfants de 8/13 ans

Norvège : Le sexe enseignée sur une chaîne publique destinée aux enfants de 8/13 ans

En Norvège, l'émission Newton présentée par Line Jansrud et diffusée sur NRK Super, une chaîne publique qui est entièrement destinée aux enfants et adolescents. Dans cette émission consacrée à l'éducation sexuelle, la présentatrice de l'émission va donner des informations et apporter des réponses aux enfants qui se posent des questions sur leur sexualité. L'émission Newton est destinée aux enfants âgés de 8 à 13 ans et aborde divers sujets tels que les changements d'humeurs à la puberté, les baisers, la relation sexuelle vaginale, les suçons dans le cou, l'éjaculation et la contraception avec un préservatif. La vidéo "Newton - pubertet - Episode 8: Sex og sånn" est en version sous titrée en français (Traduction vostfr).

Source :
Media Presse Info

 

 

 

Ce sont encore des enfants. Cinq garçons et une fillette âgés de 10 et 11 ans sont passés devant le conseil de discipline du Collège Montaigne (dans le sixième arrondissement de Paris, en face du Jardin du Luxembourg) pour avoir pratiqué des attouchements sexuels sur des fillettes après avoir regardé des vidéos pornographiques sur des smartphones durant la récréation.

Deux garçons considérés comme les meneurs ont été « exclus avec sursis », formule risible qui signifie qu'ils seront exclus s'ils commettent une nouvelle faute.

Mais ce fait divers n'est qu'une illustration de la banalisation de la pornographie dès le plus jeune âge, pornographie accessible très facilement, même pour un enfant, à partir d'un ordinateur ou d'un smartphone, et qui induit des comportements déviants chez ses jeunes consommateurs.

Hélas, les réponses sont à la mesure de cette société déboussolée. De nombreux interlocuteurs en ont profité pour réclamer de commencer encore plus tôt des cours d'éducation sexuelle à l'école... On se rappelle que certains (au Danemark, en Suisse,...) voudraient d'ailleurs intégrer la diffusion de pornographie dans ces cours d'éducation sexuelle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents